encadrement de miroir

J’ai récemment été sollicité par l’intermédiaire d’EricVigan, ébéniste dans le  Pays d’Auge pour la restauration de l’encadrement d’un miroir.

L’élément de très grande dimension, 2.30m x 1.40m, provenait d’après les explications de son propriétaire, d’un hôtel particulier de Rouen.


Transporté dans le pays d’Auge, il est resté affiché dans sa propriété proche de Dozulé jusqu’à une phase de travaux qui aura nécessité de le stocker durant près de deux ans dans une dépendance.

Déjà mal en point, le cadre aura continué à lentement se détériorer, les matériaux le constituant étant sensibles à l’humidité.

L’objectif sera  de renforcer les parties étant sur le point de se désolidariser, reconstituer les éléments manquants et les greffer sur l’existant puis redorer et patiner l’ensemble.

Projetant de réaliser les travaux en atelier sur Bayeux, le transport en lui-même aura déjà été un challenge considérant qu’on ne peut en aucun cas porter l’ensemble par le l’encadrement.



Il aura donc fallu réaliser une caisse dans laquelle les éléments en périphérie, guirlandes de fleurs et chapiteau sont protégés et bouger le meuble grâce à des ventouses sur le miroir.

Une fois en atelier j’ai commencé par renforcer les parties fragilisées par l’application d’une nappe synthétique et d’une résine acrylique.



Il a fallu ensuite avoir une réflexion sur la façon de restituer les éléments disparus principalement autour du cadre sur les parties de la guirlande florale sortant des parties pleines.
On est toujours partagés entre utiliser des solutions modernes ou bien tenter de rester le plus proche possible des matériaux et techniques plus traditionnelles.

J’ai donc opté pour une mise en œuvre mixte :
-reconstitution par modelage des éléments disparus en associant des morceaux récupérés
-moulage des ensembles ainsi reconstitués au silicone





Intervient à ce moment une phase de nettoyage complet de l’encadrement tout en retenue pour éviter de détériorer la feuille d’or encore en place.
Après avoir dépoussiéré au maximum, je nettoie les surfaces à l’aide d’un tensio-actif dilué dans de l’eau en brossant avec un pinceau puis en essuyant délicatement à l’éponge.
-en même temps, coulage en plâtre dans les prises d’empreinte



-puis collage des éléments ainsi obtenus à la colle de poisson
-rebouchage et renfort au gros blanc (mélange de blanc de Meudon et colle de peau de lapin).





Une fois l’ensemble des éléments greffés sur le cadre, les premiers travaux de patine ont pu commencer avec la mise en apprêts de toutes les parties nues au gesso teinté avec des pigments.

Une fois sec, les travaux de raccords de dorure à la feuille ont été possibles puis, pour homogénéiser l’ensemble, j’ai atténué avec une patine l’éclat de la dorure neuve.




Cette association devrait maintenir une stabilité dimensionnelle des matériaux et éviter ainsi toutes apparitions de nouvelles craquelures ou décollements.

Il restait à assurer le retour du miroir et à assurer l’accrochage en fonction du poids du meuble …opération ne laissant pas de place à l’erreur et qui, en partenariat avec Eric Vigan, s’est parfaitement déroulée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

demandes, infos, remarques...c'est à vous !